Actus locales

Une étude lancée au Stade Toulousain pour prédire au mieux la durée des blessures

08 octobre 2019 à 07h00 Par Guillaume Pannetier
Pierre Fouyssac le trois-quarts centre du Stade Toulousain est le premier a participé à cette étude.
Crédit photo : Guillaume Pannetier

Depuis lundi 23 septembre 2019, les joueurs du Stade Toulousain participent à une étude médicale qui permettra de détecter au mieux la durée de reprise d'un rugbyman souffrant d'une blessure musculaire.

Elle est unique en France, une étude est menée au sein du club champion de France de rugby ce qui permettra aux joueurs et sportifs de haut-niveau de savoir la durée des blessures et éviter de revenir à l’infirmerie. Pour se faire, une analyse de la solidité du tissu musculaire des joueurs blessés du Stade Toulousain est mise en place.

 Améliorer la qualité du diagnostic pour le sportif

Dans les locaux médicaux du club au stade Ernest Wallon, plusieurs joueurs sont massés pour une récupération optimale pendant que d’autres doivent récupérer de leur blessure musculaire. C’est le cas de Pierre Fouyssac, le trois-quarts centre du Stade Toulouse qui est alors le premier a participé à cette étude. « Nous sommes ravis de pouvoir accueillir ce projet. C’est un plus pour les joueurs, ce qui permettra d’améliorer la qualité du diagnostic de la blessure afin d’être le plus pertinent possible » détaille Dr Philippe Izard, médecin du Stade Toulousain. L’objectif de cette étude est de recueillir un maximum de données permettant de prévoir avec précision le retour sur le terrain d’un joueur après une lésion musculaire.

 Le sport de haut niveau au service de la santé pour tous

Pour permettre au joueur de revenir sur le terrain au meilleur moment, les scientifiques et médecins utilisent un échographe de dernière génération doté d'un élastographe de pointe dont le centre médical du Stade Toulousain a été équipé il y a quelques années par leur partenaire Canon. Ce centre d’imagerie médicale est à la fois une fonction opérationnelle auprès des sportifs, mais est aussi un observatoire pour identifier les grandes problématiques traumatologiques pour les sportifs et le grand-public. "Notre ambition est de développer une mesure objective en déterminant un seuil de dureté du muscle. Ainsi on pourra déterminer la date d’un retour au travail, un éventuel changement de poste et évaluer des séquelles pour le grand public ", souligne le Ph Nicolas Sans du service radiologie du CHU de Purpan.

Pour réaliser cette étude, il faut bien évidemment des joueurs blessés, mais pour Philippe Izard, il pourrait étendre l’étude faite pour les pros aux catégories de jeunes du Stade Toulousain afin d’obtenir un panel plus large.