Un réseau bulgare de trafic de migrants jugé à Toulouse ce lundi

À Toulouse, un réseau de criminels bulgares sera jugé ce lundi 18 janvier au tribunal correctionnel. Un procès hors-norme, dans une sordide affaire d'esclavage. Les détails.

TOULOUSE FM
Cinq familles bulgares sont jug�es � Toulouse pour mendicit� forc�e.
Crédit: Pixabay

17 janvier 2021 à 10h43 - Modifié : 17 janvier 2021 à 11h09 par Guillaume Pannetier

Le début d’un procès hors-norme ce lundi à Toulouse dans une sordide affaire d’esclavage. 18 prévenus pour cette audience en correctionnel délocalisé sur l’île du Ramier faute de place au Palais de Justice, elle se tiendra salle Jean Mermoz. Près de 80 personnes doivent assister à ce procès, entre les magistrats, les avocats, les forces de l’ordre ou encore les traducteurs, sans compter le public et les médias.

Tout commence par une plainte en mai 2017

Tout commence par une plainte en mai 2017. Un homme, recruté en Bulgarie, raconte avoir été contraint à la mendicité. Le réseau tombe un peu plus d’un an après, en juin 2018. Une dizaine d’arrestations dans un camp de Rom en face de Gramont.

Ce gang avait sous sa coupe une trentaine d’hommes et de femmes depuis 2015 tous obligés de mendier aux feux tricolores de la ville, leur papier d’identité volés, privés de soins ou encore torturés s’ils ne ramenaient pas suffisamment d’argent. Échangés entre clans comme du bétail, de l’esclavage moderne mené par 5 familles qui ont, grâce à ce trafic, envoyés des milliers d’euros vers leur pays.

Jugés pour associations de malfaiteurs et blanchiment d’argents

En plus de « trafic d’êtres humains », les accusés sont aussi jugés pour associations de malfaiteurs et blanchiment d’argents. 17 sur 18 sont en détention provisoire et leur procès va durer jusqu’au 27 janvier dans cette salle Jean Mermoz à Toulouse.

Dernier article