Régionales en Occitanie : les enjeux du scrutin

J-2 avant deux élections ! C'est ce dimanche qu'on vote pour les régionales mais aussi les départementales. Et pour l’Occitanie, l'enjeu de ce premier tour c'est le score que va obtenir la présidente sortante, Carole Delga et celui de son principal adversaire le candidat RN Jean-Paul Garraud. Les explications.

TOULOUSE FM
Les candidats en Occitanie lors du d�bat t�l� de France 3 Occitanie le 9 juin dernier
Crédit: France 3 Occitanie

18 juin 2021 à 5h10 - Modifié : 22 juillet 2021 à 9h33 par Elsa Ruault DAVIAU

Ils sont neuf candidats en tout et c'est donc un duel annoncé que voudrait bien perturber plusieurs outsiders. Donnée gagnante par les sondages au second tour, la socialiste Carole Delga s’est alliée au premier tour avec les communistes et les radicaux de gauche, mais pas avec les écologistes. Eux qui étaient dans la majorité sont finalement partis seuls, amenés par Antoine Maurice !

Face à eux, Jean-Paul Garraud l'ancien UMP devenu député européen du Rassemblement National, donné en tête au premier tour, porté par de bons scores en Languedoc Roussillon. Il devrait dépasser les 30% ce dimanche.

Et deux candidats espèrent eux jouer les trouble-fêtes : Aurélien Pradié, 35 ans député et poids lourd chez Les Républicains (LR) et Vincent Terrail-Novès candidat soutenu par LREM.

Mais pour voir le second tour, il leur faudra au moins 10% des voix !

 

Toulouse particulièrement bien représentée dans cette Régionale

Alors l’Occitanie va-t-elle basculer de la gauche vers le Rassemblement National ? Réponse sans doute après le 2eme tour dans 10 jours mais c’est en tout cas une élection régionale qui tourne beaucoup autour de Toulouse et des environs. 

Avec les 2 candidats favoris nés à Toulouse, Jean-Paul Garraud du Rassemblement National, et Carole Delga, ancienne maire de Martres-Tolosane. Et deux autres qui étaient en lice pour le Capitole il y a un an : Malena Adrada, tête de liste Lutte Ouvrière et bien sûr Antoine Maurice, l’écolo battu au second tour par Jean-Luc Moudenc.
Sans oublier Vincent Terrail-Novès, le maire de Balma et fils d'un autre Novès, Guy Novès, l'ancien entraineur du Stade Toulousain !

Il n'y a presque qu'Aurélien Pradié pour sortir du lot, lui le député du Lot ! Notez que l'on compte aussi sur les neuf candidats, deux catalans Anthony Le Bouriscaud et Jean-Luc Davezac. Enfin l’Insoumise Myriam Martin, née en Ariège mais candidate aux Sénatoriales en Haute-Garonne l’an dernier.

Bref Toulouse a pris toute sa place de capitale régionale dans ce 2eme scrutin version élargie, alors que la ville rose héberge l'Assemblée du Conseil Régional.

 

Dernier article