Actus locales

Les lycéens manifestent dans le centre-ville de Toulouse

03 décembre 2018 à 16h56 Par Stéphanie Mosbach
Forces de l'ordre postés rue Lafayette, près de la place du Capitole à Toulouse
Crédit photo : Laurie Inghilterra

Depuis ce lundi matin, plusieurs lycées toulousains, de l'agglomération et du département étaient bloqués partiellement. Des lycéens qui protestent surtout contre la réforme du bac et le dispositif Parcoursup. Ils souhaitent son abrogation et réclament le libre accès à l'enseignement supérieur. L’appel à manifester avait été lancé en fin de semaine dernière par l'Union Nationale Lycéenne. Ce lundi matin, plusieurs lycéens de l’agglomération toulousaine se sont rendus dans le centre-ville de Toulouse. Environ 1 300 ont défilé dans les rues de la Ville rose. Un rassemblement qui a eu lieu place du Capitole aux environs de 11h, avant d'emprunter le boulevard de Strasbourg, celui de Carnot vers Esquirol ..."Aux cris de Macron démission", des petits groupes se sont déplacés pistés par les forces de l'ordre. En marge des manifestations Tisséo a interrompu les lignes de tramway et les lignes de bus. Ainsi que la ligne A du métro dès 11h30. C'est en milieu de journée, aux environs de 15h30, que la manifestation a dégénéré. Des échauffourées ont éclaté entre les lycéens et les forces de l'ordre. Les groupes de lycéens et les forces de l'ordre se sont fait face pendant un long moment sur la place du Capitole. Des policiers qui a plusieurs reprises ont fait usage de gaz lacrymogènes et de jets de projectiles. Le Marché de Noël a été fermé sur décision de la Préfecture. Un face à face tendu vers 16h où la situation a tourné à l'affrontement entre forces de l'ordre et lycéens. Des lycéens qui depuis ce matin jouaient "au chat et à la souris" avec les policiers se déplaçant constamment et se dispersant par petits groupes. Selon un premier bilan, sept policiers et un sapeur-pompier ont été blessés par des jets de projectiles et emmenés vers un centre hospitalier. Onze personnes ont été interpellées suite à des violences envers les forces de l'ordre, des dégradations de commerces et des vols.