Actus locales

L’ESA recrute de nouveaux astronautes, voici les profils recherchés

31 mars 2021 à 18h57 Par Guillaume Pannetier
Pour la première fois depuis 2008, l'Agence spatiale européenne (ESA) ouvre une campagne de candidatures pour recruter de nouveaux astronautes.
Crédit photo : Pixabay

Du 31 mars au 28 mai 2021, la campagne de sélection des astronautes européens au sein de l’Agence spatiale européenne (ESA) est ouverte. Explications.

L’Agence spatiale européenne appelle les femmes à candidater en nombre et cible des personnes handicapées. Au moins quatre postes sont ouverts jusqu’au 28 mai.

Femmes et hommes actifs entre 27 et 50 ans

Devenir astronaute est une opportunité pour les femmes et les hommes actifs entre 27 et 50 ans, de niveau Master (et plus) scientifique et en ingénierie. Les candidat(e)s trouveront toutes les informations sur le site du CNES.

Le CNES se mobilise pour susciter des vocations et motiver les talents français à postuler pour garantir :

A la France d’être impliquée, via l’ESA, au cœur des défis et enjeux scientifiques et technologiques de la nouvelle ère de l’exploration spatiale internationale, en renforçant la présence française dans le corps des astronautes européens.

A la nouvelle génération d’astronautes français de prendre place dans les missions futures vers la Station spatiale internationale (ISS) mais aussi vers la station Gateway en orbite lunaire à l’horizon 2025 et probablement avant la fin de cette décennie sur la surface de la Lune, dans le cadre du programme ARTEMIS dont l’objectif est aussi de préparer les missions humaines sur Mars à plus long terme.

La France, pionnière dans les vols habités en Europe

La France, pionnière dans les vols habités en Europe, compte dix astronautes parmi lesquels le Général Jean-Loup Chrétien, premier Français à voler en 1982 et Claudie Haigneré, médecin, docteur en neurosciences, première Française à voler en 1996. Thomas Pesquet, sélectionné en 2009, séjournera, pour la deuxième fois, six mois à bord de la Station à partir du 22 avril et assurera les fonctions de commandant de bord au cours d’une partie de son séjour.

Ce palmarès français est le résultat du rôle fédérateur du CNES qui depuis 60 ans, porte l’excellence scientifique et technique de l’écosystème français de laboratoires de recherche et d’industriels. Ainsi, il contribue largement aux développements de programmes d’envergure d’exploration robotique et humaine, à l’exploitation de la station, à la construction de la station Gateway et à la préparation de vols habités au-delà de l’orbite basse.

Par ailleurs, le « Made in France » sera à bord de la Station dans le cadre de la mission Alpha de l’ESA avec 12 expériences en médecine, biologie et physique des fluides pour le développement d’applications de microgravité et d’opérations spatiales. Une « Equipe de France » assistera Thomas Pesquet pour mener ce programme scientifique.

Écoutez les réactions du spationaute français, Jean-François Clervoy :