Actus locales

Gilets Jaunes : Les maires des grandes villes dont Toulouse demandent une réunion d'urgence

12 février 2019 à 14h12 Par Stéphanie Mosbach
Rassemblement de Gilets Jaunes au Monument aux morts, à François Verdier, à Toulouse
Crédit photo : Stéphanie Mosbach

"Cela fait treize semaines que ça dure" lance un commerçant rue de Metz. Chaque samedi, depuis plus trois mois, Toulouse est occupé par les manifestants. Les commerçants du centre-ville tirent la sonnette d'alarme. Les pertes de chiffre d'affaires sont estimées à plus de 35% depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes. Début janvier, des centaines de commerces ont symboliquement affiché un panneau "Commerces en danger, à vendre". L'impact sur les commerces et les contribuables se chiffrent en millions d'euros. D'un côté, il y a la perte de chiffre d'affaires avec les clients qui fuient la ville, les gaz lacrymogènes et les manifestants. D'autres, moins chanceux, ont dû également faire face à des dégâts matériels importants (vitrines cassées, détérioration de mobilier). Pour la ville de Toulouse, la facture s'alourdit de semaine en semaine. Elle a été revue à la hausse. Selon la mairie "elle s'élève maintenant à 4,65 millions d'euros en comptant les dégradations de biens publics, la mobilisation des services de la ville et des forces de l’ordre (...)". Une situation qui ne peut plus durer pour le maire Jean-Luc Moudenc et les commerçants, artisans de Toulouse. Face à cette situation, l'association France Urbaine, qui réunit les métropoles et grandes villes du pays, présidée par Jean-Luc Moudenc, demande une réunion d'urgence avec le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Elle doit se dérouler demain, mercredi 13 février 2019. Jean-Luc Moudenc est favorable à des exonérations fiscales et sociales. "Il faut à présent des réponses plus fortes de la part du gouvernement" pour le maire de Toulouse. 

Pour le président de la CPME de la Haute-Garonne "le principal sentiment des commerçants est celui de l'abandon par l'Etat". Les commerçants lancent un "appel d'urgence" d'autant que plusieurs organisations de Gilets Jaunes appellent sur les réseaux sociaux à un Acte XIV samedi 16 février 2019 à Toulouse et en périphérie. Un "retour aux sources" dans l'agglomération toulousaine comme lors du 17 Novembre 2018. Avec plusieurs regroupements sur des parkings de centres-commerciaux. Une dizaine de points environ seraient ciblés. Avec des rassemblements dès 7 heures du matin. Avant une nouvelle manifestation en centre-ville à 14 heures.