Actus locales

Du gel hydroalcoolique LVMH vendu par erreur dans une enseigne à Toulouse

27 mai 2020 à 11h10 Par Guillaume Pannetier
Produits par LVMH pour les soignants et les salariés exposés, des flacons de gel hydroalcooliques se sont retrouvés en rayon dans ce magasin Carrefour Toulousain.
Crédit photo : Guillaume Pannetier

Des flacons de gel hydroalcooliques fabriqués par le groupe du luxe LVMH et destinés à être donnés, ont été mis en vente dans un Carrefour City du centre-ville à Toulouse. De son côté le distributeur plaide l'erreur et indique qu'ils ont été retirés des rayons ce mercredi.

L’image a interloqué de nombreux internautes. Des gels hydroalcooliques siglés LVMH, marqués “ne peut être vendu”, et pourtant bien mis en rayon d’un supermarché en plein centre de Toulouse. C’est ce qu’a remarqué un toulousain hier en faisant ses courses. Par la suite, il poste cette photo sur ses réseaux sociaux. Et en l'espace de quelques heures, le cliché s'est propagé sur plusieurs réseaux sociaux, suscitant incompréhension et réactions indignées.

Le toulousain en question qui a photographié le rayon de gel hydroalcooliques siglés LVMH, est Laurent Filoche pharmacien et président de l'UDGPO (Union des groupements de pharmaciens d'officine). Interrogé par Toulouse FM, pour lui c’est une totale incompréhension : « Nous les pharmaciens, nous avons une multitude de vagues de contrôles qui sont très pointilleux sur les gels hydroalcooliques. Cela soulève plusieurs questions, car ce gel est destiné gratuitement aux hôpitaux et de plus il devrait avoir plus de contrôles dans les grands groupes de la distribution. »

Le prix lui est au-delà des limites légales. Le montant maximum qui peut être fixé pour proposer des solutions hydroalcooliques est en effet fixé par un décret du 11 mai. Une situation difficile à accepter pour ce pharmacien car le prix de vente ne respectait pas le montant maximum fixé par ce décret pour le produit. Vendu 9,50 euros le flacon de 500 ml, le tarif n'aurait pas dû dépasser les 6,50 euros.

Carrefour plaide l’erreur

Interpellé sur Twitter, Carrefour a rapidement réagi, indiquant qu’il s’agissait d’une erreur et que les flacons avaient été retirés des rayonnages. Contacté par BFMTV, le groupe Carrefour plaide l’erreur : “Un de nos franchisé a bien mis ces gels en rayon par erreur. Ces flacons étaient destinés à nos collaborateurs. Ils n’auraient pas dû se retrouver à la vente. L’erreur a été corrigée et le gel a été retiré des rayons", détaille la porte-parole du groupe. 

Il s’agit bien d’un cas isolé, car dans les magasins de type "Carrefour City", la direction est « autonome sur la mise en rayon » souligne le groupe. Il ne s’agit pas donc d’une consigne globale sur tous les magasins.

Du côté du groupe LVMH, "Le gel qui a été produit est en priorité pour les hôpitaux, mais avec ce qui restait une fois ces commandes livrées, nous avons pu en donner aussi à des dizaines de structures publiques ou privées. Par exemple d'autres distributeurs que Carrefour, la préfecture de Police de Paris, ainsi qu’à certaines entreprises en première ligne pour leurs collaborateurs comme par exemple avec Air France.", souligne le géant du luxe.