Actus locales

Des partiels en présentiel : l'inquiétude des étudiants en médecine à Toulouse

12 avril 2021 à 08h45 Par Elsa Ruault
Les examens en médecine à l'Université Toulouse 3 durent toute la semaine
Crédit photo : Toulouse FM

Semaine d’examens pour les étudiants en Médecine de l'Université Toulouse 3. A partir du lundi 12 avril, ils débutent leurs partiels en présentiel. Malgré le confinement, une circulaire du ministère de l’Enseignement Supérieur permet en effet de maintenir ces évaluations pour les formations de Santé.

C'est le début ce lundi d’une semaine de partiels pour les étudiants en Médecine de la Fac de Purpan. Des partiels en présentiel alors qu’avec le nouveau confinement, tous les examens doivent s’effectuer à distance ou être reportés, c'est qu'avait précisé le gouvernement à l'annonce de ces nouvelles restrictions. Mais il existe une dérogation pour les évaluations des formations de santé, c’est pourquoi l’Université de Toulouse 3 a choisi de maintenir ces examens en amphis. Et cela provoque inquiétudes et interrogations des étudiants en médecine, Toulouse FM a reçu plusieurs témoignages.

Des étudiants inquiets face au risque de propagation du virus

Des étudiants de troisième année se disent préoccupés d'un brassage important de personnes lors de cette session, alors que plusieurs viennent d'autres villes de France pour passer ces partiels, voir de l'étranger pour les étudiants Erasmus.

Ils indiquent qu'en passant ces évaluations de connaissances sur tablette, il aurait été tout à fait envisageable de les maintenir à distance. D'autant qu'en janvier, pour la précédente session d'examens les règles sanitaires n'étaient pas toujours respectées selon eux. "Aux derniers partiels, tous les élèves ont mangés ensemble dans les mêmes salles et rien n’avait était mis en place pour la pause des 300 élèves. Et ce sera la même chose cette semaine malheureusement" nous confie une étudiante de 22 ans qui souhaite rester anonyme.

Plusieurs nous indiquent avoir alerté l'administration et leurs professeurs sans succès. Ces étudiants, qui évoquent un devoir d'exemplarité des formations en Médecine, précisent aussi qu'ils vont ensuite partir en stage au mois de mai et donc risquer de propager le virus dans les établissements de santé. Pour eux : "avec les variants plus contagieux, la balance bénéfice-risque semble particulièrement déséquilibrée".

L'Université répond aux étudiants

Contactée par Toulouse FM après ces témoignages, l’Université Paul Sabatier évoque effectivement les dérogations permises par le gouvernement pour les examens des formations de santé et indique que certains partiels passés en distanciel lors du confinement du printemps dernier sont « entachés de soupçons après des taux extravagants » de réussite.

La communication de la Fac de Médecine ajoute : « Il faut tout faire pour que ces diplômes aient la même valeur que d’habitude » et précise qu’un strict protocole sanitaire sera mis en place pour cette semaine d’examens, comptant aussi sur la responsabilité des étudiants. 7 amphithéâtres vont permettre de répartir les étudiants pour respecter les règles de distanciation. La jauge pour les examens est par ailleurs fixée à 25% d'étudiants par amphis, contre 50% pour les cours qui se poursuivent en présentiel actuellement à l'Université.