Périphérique toulousain : Que la lumière fut … ou pas ?

Périphérique toulousain : Que la lumière fut … ou pas ?

4
2240
0
lundi, 20 mars 2017
Actus locales

Tel est le débat qui anime les discussions depuis plusieurs années. Le périphérique toulousain doit-il être plongé dans le noir ou doit-il être éclairé ? La question est devenue un casse-tête. Et la réponse mitigée : un peu des deux selon la mairie de Toulouse et la préfecture de Haute-Garonne. Une réponse donnée avec beaucoup de précautions.

 

Eclairage de la Rocade toulousaine

Le périphérique toulousain partiellement éclairé

 

Après plusieurs années d’études et de concertations, les collectivités concernées, à savoir la mairie de Toulouse, ainsi que l’Etat, ont annoncé enfin la mise en place d’un schéma directeur. Avec un ré-éclairage partiel du réseau. La solution choisie consiste à maintenir l’éclairage sur les nœuds et les bifurcations du périphérique toulousain. Là où les changements de vitesse peuvent provoquer des accidents. Une bonne manière d’attirer l’attention des automobilistes sur ces passages. Même schéma directeur sur les bretelles d’accès, aux alentours des péages et sur les zones où l’éclairage du périphérique contribue à l’éclairage urbain, des zones urbaines voisines.

En revanche, en dehors de tous ces lieux, le reste du périphérique ne sera plus du tout éclairé. La voirie sera donc plongée dans le noir. A moins que des études confirment qu’il y ait « danger pour les automobilistes ». Rien n’est donc vraiment figé. Car des études doivent être réalisées dans le courant de l’année 2017 afin de définir « les zones géographiques concernées ». Si c’est le cas des travaux seront alors entrepris.

En attendant les résultats de ces travaux d’études, l’Etat, la mairie de Toulouse et Vinci Autoroutes vont mettre en place un protocole de gestion sur « la coordination et la mise en oeuvre du schéma d’éclairage ». Enfin, une fois que toutes ces étapes auront été mises en place, les trois partenaires établiront un diagnostic afin de déterminer si la solution est la bonne ou pas ! A savoir s’il faut tout éteindre ou tout allumer. La remise en état de tout le système d’éclairage, sa restauration, coûterait 10 millions d’Euros.

Pour l’instant tout n’est pas très clair … Beaucoup de paramètres restent encore à être mis en lumière. Affaire à suivre …

stephanie@toulouse.fm

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toulouse FM